Lundi 22 Decembre 2014 Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Dossiers

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

Partenaires :



 

 
Culte de la Saint Sylvestre en éwé le 31 décembre à Paris
La Communauté Ewé de Paris et la Chorale Harmonie, ont le plaisir de vous convier au CULTE DE LA SAINT SYLVESTRE le mercredi 31 Décembre 2014 de 22 heures à minuit à l’Eglise protestante unie des Batignolles au 44 Boulevard des Batignolles 75017 Paris

Lire l'article complet

................................REACTIONS ET COMMUNIQUES................................REACTIONS ET COMMUNIQUES................................

Procès verbal de l'AG de l'ASVITTO tenue le 13 décembre 2014  16-12-14
Togo : La campagne de Farida Nabourema pour des réformes constitutionnelles et institutionnelles  08-12-14
Déclaration relative au préavis de grève de la synergie des travailleurs du Togo  06-12-14
ASVITTO - Togo : Déclaration relative à la répression de l'opposition du 21 novembre   26-11-14
SIT-IN à l'ambassade du Togo à Paris le 29 novembre 2014   26-11-14

Les autres reactions...

SPORTS

 

DIVERS

La fédération togolaise de foot mis sous tutelle de la FIFA
La FIFA a mis la Fédération Togolaise de Football sous la tutelle en décidant la « désignation d’un comité de normalisation afin de réviser les statuts de la FTF et organiser des élections d’ici au 30 novembre 2015″. Début décembre, Gabriel Améyi, le président actuel, avait été mis en examen pour escroquerie dans une affaire immobilière.
  85% des Togolais pour la limitation des mandats présidentiels
Selon l'enquête d’Afrobaromètre d’Octobre 2014, 85% des Togolais approuvent la limitation du nombre de mandats présidentiels à deux. Les sympathisants de l’opposition répondent à 93% en faveur de la limitation des mandats. Sans ambiguïté, la déclaration récente de Faure au Ghana, qui est une réticence à cette réforme, ne saurait représenter les aspirations profondes du peuple togolais.

DIASPORA

 

POLITIQUE

Farida Nabouréma égérie de FAURE MUST GO explique son combat pour un Togo Libre
Dans une interview accordée à Icilomé, Farida Nabouréma, égérie de FAURE MUST GO, qui trouble le sommeil des députés de la mouvance présidentielle RPT/UNIR, s’explique sur son engagement politique contre la dynastie des Gnasssingbé. Elle nuance la nature des « oppositions togolaises » et invite les « moins de 25 ans et qui sont la majorité au Togo, d’avoir notre mot à dire sur la gestion de notre pays »
  Me Agboyibo dit le droit pour sa candidature aux présidentielles 2015
Maître AGBOYIBO, président d’honneur du CAR dit avoir « la conviction ferme que, dans le contexte actuel, la candidature unique est une stratégie erronée pour parvenir à l’alternance. Il suffira à l’opposition de substituer la dynamique unitaire actuelle bâtie sur l’idée de la candidature unique à une dynamique unitaire construite sur le mode de scrutin à deux tours

Editorial

A quoi servent les élections au Togo ?
Si, pour les togolais, élection doit toujours rimer avec négation de leur volonté et extinction de leur espoirs de changement, il y a lieu de se demander si le jeu en vaut encore la chandelle. Il y a lieu de se poser la question de la nécessité de convoquer une fois de plus un corps électoral pour le confondre avec de la chair à canon, dès qu'il veut y voir de plus près. Il importe aussi d'approfondir les motivations de ce personnel politique si particulier qu'a le Togo qui continue si allègrement de jouer le rôle que lui a attribué le casting: se présenter au garde-à-vous au rendez-vous des élections en agneau prêt au sacrifice.

POLITIQUE

 

SPORTS

Jean-Pierre Fabre précise «que lorsqu’on signe un accord, on le respecte»
En clôture du meeting du CAP2015 le 12 décembre à Lomé, Jean-Pierre FABRE, chef de file de l’opposition togolaise, réaffirme sa posture: « Je tiens à préciser que lorsqu’on signe un accord, on le respecte. On ne remet pas en cause les termes de cet accord. On ne remet pas en cause sa propre signature.
  Tennis Open du Togo : Victoire de Authom Maxime
La première étape du tournoi ITF Future, le tennis Open du Togo a été remportée par le Belge Authom Maxime (247e ATP) a battu l’espagnol Lopez Gomez (228e ATP), par 2 sets à 0 (7/5 ; 6/1). Il empoche une somme de 1,2 million F CFA. Parmi les 56 joueurs de 37 pays qui ont participé à cette compétition, aucun africain n’a franchi le cap du 1er tour.

POLITIQUE

 

DIASPORA

Togo : La CENI invite les OSC pour l’accréditation en vue de l’observation des Présidentielles 2015
Dans un communiqué du 12 décembre, la CENI précise les conditions à remplir par les associations désireuses d’observer le processus électoral de la présidentielle 2015. Elle les invite à déposer leurs dossiers au siège de la CENI à compter du 15 décembre 2014. Selon les dispositions de l’art.8 du code électoral, elle est chargée de la désignation des observateurs nationaux.
  Togo : ATLMC milite pour le retour à la Constitution de 1992 avant les Présidentielles
L’Association Togolaise de Lutte contre la Manipulation des Consciences (ATLMC) invite Faure Gnassingbé à négocier son départ du pouvoir. Elle lutte pour la restauration de la Constitution de 1992 et encourage la société civile ainsi que les partis politiques à continuer les manifestations en vue d’obtenir les réformes.

POLITIQUE

 

POLITIQUE

Togo/Réformes : Manifestations à Lome, Tsevie, Atakpame, Sokode, Aneho
Nous réitérons notre appel aux USA, Nations Unies, à l’Union Européenne, l’OIF, la CEDEAO, l’UEMOA et l’Union Africaine afin qu’elle use de leur influence pour amener les autorités togolaises à respecter leurs nombreux engagements en ce qui concerne l’adoption et la mise en œuvre des réformes politiques au Togo.
  Présidentielles 2015 : la liste des présidents de CELI
Les 42 magistrats qui dirigeront les commissions électorales locales indépendantes (CELI) ont été nommés par un arrêté pris le 9 décembre 2014. Les CELI sont installés sur toute l’étendue du territoire national, dans le cadre de l’élection présidentielle de 2015.

DIASPORA

 

POLITIQUE

Election du bureau excécutif de l'asso. Diaspora togolaise de Washington
Le Président du bureau provisoire de la Diaspora togolaise de Washington DC, Maryland et Virginie invite tous les membres de l’association à prendre massivement part à l’assemblée générale d’élection du bureau exécutif de l’association le 20 Décembre 2014 à 9 heures au 416 Cedar Street NW Washington, DC 2012
  Togo : La tension monte
La tension monte dans un pays qui espère reprendre le pouvoir détenu depuis près d’un demi-siècle par le père puis le fils Gnassingbé. «Nos frères burkinabés nous ont redonné espoir ! Je n’ai connu qu’une seule famille à la tête de ce pays. On ne peut plus prendre le peuple pour un imbécile. On sait maintenant qu’on a une voix.»

CARNET

 

POLITIQUE

Mito Honoré de Souza Chacha VIII inhumé le 6 décembre à Ouidah
Le chef de la collectivité de Souza du Bénin et du Togo, Mito Honoré Feliciano de Souza, Chacha 8, décédé le 23 octobre 2014 à l’âge de 84 ans, a été conduit à sa dernière demeure le 6 décembre 2014 à Ouidah. Durant son régne, débuté en 1990, il a amorçé la réhabilitation de Singbomey, sanctuaire de son ancêtre Francisco Félix de Souza, Chacha1er, vice-roi du Dahomey.
  Le tournicoti de Jean Dégli sur les réformes constitutionnelles au Togo
Lors de son passage sur la TVT, Jean Dégli déclare que « ceux qui sont les gouvernants doivent faire le pas qu’il faut et l’opposition doit comprendre qu’un certain nombre de choses ne pourront pas être faites aujourd’hui pour que les réformes soient mises en œuvre avant les élections »

DIVERS

 

DIASPORA

Togo : Bolloré lance le site Internet togo2030.com
Bolloré a annoncé ce jour le lancement du site Internet www.togo2030.com, créé dans le cadre d'un projet visant à réduire la fracture énergétique du Togo. La finalité est de déployer le long de la Blueline, le chemin de fer qui reliera Lomé, la capitale, à la boucle ferroviaire ouest africaine, des espaces de vie à l'usage des Togolais appelés 'Bluezones'.
  Togo : Farida et la diaspora à l'attaque contre le régime de Faure Gnassingbé
Internet, notre arme ultra sophistiquée est si puissante que quand nous tirons à Washington, vous ne dormez pas à Lomé. Ni vos AK47, ni vos vieux chars d'assaut démodés n’ont pas ce pouvoir; sachez que vous perdez déjà la guerre des temps modernes. Nous serons dans la diaspora et nous mènerons une résistance farouche contre votre régime.

SANTE

 

ECONOMIE

« Stop EBOLA » : un combat philanthropique du groupe Bolloré au Togo
« Stop EBOLA », tel était le mot d’ordre du concert organisé par le groupe Bolloré le 4 octobre à la Bluezone qu’il a construite à Lomé. A travers l’organisation de cette manifestation culturelle, une dizaine d’artistes sont venus transmettre les messages de sensibilisation : « boutons Ebola hors du continent africain ».
  La Société Générale demande un agrément bancaire au Togo
L’agrément bancaire au Togo a été demandé via la filiale béninoise. C’est surtout le marché des entreprises qui fait désormais courir la banque tricolore en Afrique. «Les besoins des entreprises convergent de plus en plus vers les standards internationaux » déclare Alexandre Maymat, responsable Afrique...

DIASPORA

 

DIVERS

Cori&Art vous invite à l’exposition JUST MAKE ART les 6 et 7 décembre à Paris
Cori&Art vous invite à JUST MAKE ART son exposition avec les artistes Wafaa EL YAZID, Marc FAIVRE, Massogona SYLLA, NEY et Manel SOW et l'univers des marques Bayiee, Kévé, TouKouleurs home, Thanoé Créations etc. Un concert live à l'Espace des arts sans frontières, 44 rue bouret, Paris 19è, M° Jaures
  Sur la légalité et l'illégitimité de la constitution en vigeur au Togo
La «constitution en vigueur» au Togo depuis le 31/12/2002 est illégitime car elle manque cruellement de la légitimité populaire dont bénéficie la constitution de 1992 plébiscitée par le peuple togolais souverain à 99,7 %.

DIVERS

 

DIVERS

Togo: Ce qu'a dit François Hollande à Fraude Gnassingbé
François Hollande augmente la pression sur Faure Gnassingbéet et lui demande d’écouter « la voix de son peuple...Nous apporterons tout le soutien nécessaire aux citoyens des pays dont on empêche l’alternance politique! ». Le Togo est devenu l’unique bête noire d’une région où Faure Gnassingbé sera le seul à marcher sur la tête !
  Les élucubrations de Joseph Koffigoh:
Il faut lâcher du lest et de l'eau dans le vin, C'est ça que je dirais si je voyais le prince; Soyons réalistes la chance est vraiment mince De lui barrer la voie qui conduit au scrutin. Coupons la poire en deux, laissons le rempiler; Mais il doit accepter aujourd'hui les réformes, Afin que dès demain on retrouve les normes Qui rendent le pouvoir léger à supporter.

POLITIQUE

 

POLITIQUE

Togo : Fabre contre une « quelconque combinazione favorable à Faure Gnassingbé »
« Il est grand temps de conclure cette lutte. Les députés de l’opposition et moi-même ne sommes pas au Parlement pour un quelconque marchandage devant assurer un troisième mandat au chef de l’Etat. Il s’agit pour nous de rétablir les fondamentaux de notre Constitution. Nous ne sommes pas à l’Assemblée nationale pour prendre part à une quelconque ‘’combinazione’’ favorable à Faure Gnassingbé comme l’exigent les députés RPT/UNIR »
  Togo: La mobilisation des organisations de défenses des droits de l'homme
A l’appel de la « Synergie des ODDH » les togolais se sont massivement mobilisés, vendredi 28 novembre 2015 pour exiger la mise en œuvre, avant toute élection au Togo, des réformes constitutionnelles et institutionnelles prévues par l’Accord Politique Global (APG) et vivement recommandée par la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR).

INTERNATIONAL

 

AFRIQUE

La Canadienne Michaëlle Jean élue Secrétaire générale de la Francophonie
Lors du XVème sommet de la Francophonie à Dakar, la Canadienne Michaëlle Jean a été élue secrétaire général de cette instance qui compte 77 pays membres. Ancienne gouverneure générale du Canada, elle succède à Abdoul Diouf, ex-président de la République du Sénégal qui quittera ses fonctions fin décembre, après avoir dirigé l'OIF pendant 12 ans.
  Togo/Francophonie : Hollande vise clairement Faure Gnassingbé
Hollande a été clair, sans langue de bois, « vous devez écouter la voix de votre peuple » « Nous apporterons tout le soutien nécessaire aux citoyens des pays dont on empêche l’alternance politique! » La communauté internationale doit imposer les deux mandats. Sur cette question, les Etats-Unis ont pris des positions claires, « Deux mandats et on s’en va » avait écrit le secrétaire d’Etat adjoint, chargée de l’Afrique.

DIVERS

 

POLITIQUE

NON ! Faure Gnassingbé ne doit pas pouvoir braver la volonté du peuple togolais
On savait, depuis belle lurette, que si notre illégal et illégitime rotelet Faure Essozimna GNASSINGBÉ a fait tout et continue à tout faire pour empêcher les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales prescrites par l’Accord Politique Global (APG) du 20 Août 2006, c’est simplement parce qu’il tient mordicus à briguer un troisième (et pourquoi pas un énième ) mandats présidentiels.
  Togo : L’Accord Politique Global a une valeur constitutionnelle
Le mardi 25 novembre 2014, à l’occasion de sa visite officielle au Ghana, Faure Gnassingbé, en réponse aux réformes politiques exigées par les populations togolaises avant l’élection présidentielle de 2015, affirme que ‘’la Constitution en vigueur, sera rigoureusement respectée’’. Cette déclaration est en flagrante contradiction avec l’initiative prise par son gouvernement, en juin 2014, d’introduire à l’Assemblée nationale, un projet de loi de révision constitutionnelle, en application de l’Accord Politique Global (APG).

POLITIQUE

 

POLITIQUE

Togo: Appel à une mobilisation massive contre un nouveau mandat de Fraude Gnassingbé
"Nous appelons les populations de Lomé à sortir massivement vendredi pour soutenir la manifestation des organisations de défense des droits de l'homme" en faveur des réformes constitutionnelles, a déclaré Pedro Amuzu, porte-parole de CAP2015. Cette coalition réunit huit partis d'opposition autour de Jean-Pierre Fabre, principal candidat de l'opposition, en vue de l'élection de 2015.
  Togo : Un état d'urgence qui ne dit pas son nom
Depuis le 5 Juin 2014, Faure GNASSINGBE, chef de l’Etat, Chef des Armées a initié la réforme et doté les Forces Armées Togolaises (FAT) des équipements modernes et adaptés à la situation. Ses forces ainsi équipées sont déployées de manière à améliorer l’ancien maillage du territoire, et apportent de façon spontanée, efficace et déterminante dans de délais raisonnables, une réponse appropriée aux soubresauts ou révoltes de la population.


AFRIQUE

 

POLITIQUE

Les 10 femmes les plus puissantes d’Afrique
Qui sont les femmes de pouvoir en Afrique ? Elles se distinguent en politique, dans les affaires, la réflexion stratégique ou la mode. Elles viennent le plus souvent d’Afrique anglophone. Tour d’horizon. Nkosazana Dlamini-Zuma, 65 ans. Médecin de formation; Ellen Johnson Sirleaf, 76 ans. Prix Nobel de la paix en 2011 et première femme présidente en Afrique; Louise Mushikiwabo, 57 ans. Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération du Rwanda; Ngozi Okonjo-Iweala, 60 ans. Ministre des Finances du Nigeria, elle a été directrice générale de la Banque mondiale entre 2007 et 2011; Isabel dos Santos, 41 ans. Fille aînée du président angolais José Eduardo dos Santos, elle est devenue la femme d’affaires la plus riche d’Afrique;Folorunsho Alakija, 63 ans. Nigériane, cette simple secrétaire devenue créatrice de mode puis milliardaire se trouve à la tête de la société pétrolière Famfa Oil. Bridgette Radebe, 54 ans. C’est l’une des femmes les plus riches d’Afrique du Sud, à la tête du groupe minier Mmakau Mining; Dambisa Moyo, 46 ans. Economiste zambienne formée à Oxford et Harvard; Ory Okolloh, 37 ans. Responsable de Google Africa depuis 2010;Adama « Paris » Ndiaye, 36 ans. Styliste sénégalaise, fille de diplomate ayant étudié l’économie à Paris-Dauphine
  Togo : La proposition de lois de réformes de la constitution déposée par l'opposition
Monsieur le Président de l’Assemblée nationale, les députés signataires introduisent la présente proposition de loi portant modification des dispositions des articles 38, 52, 59, 60, 62, 100, 101 et 144 de la constitution du 14 octobre 1992. La présente proposition de loi comprend deux (02) articles. Le premier article introduit et précise les dispositions des articles objet de la modification. Le deuxième article est relatif à la formule d’exécution. Tel est, Monsieur le Président de l’Assemblée nationale, l’objet de la présente proposition de loi que les députés signataires ont l’honneur de soumettre à la délibération de l’Assemblée nationale.

POLITIQUE

 

POLITIQUE

Togo : Gilchrist Olympio et Faure Gnassingbé " Bras dessus bras dessous"
Vous avez observez la présence de M. Gilchrist Olympio dans notre délégation. Je voudrai en même temps profiter de cette occasion pour le remercier d’avoir accepté de nous accompagner dans ce voyage. Je pense que sa présence ici est l’un des symboles de la réconciliation. M. Gilchrist Olympio a accepté de discuter avec nous pour voir comment nous pourrions travailler ensemble. Si les élections n’avaient pas été crédibles, si nous n’avions pas de légitimité, je pense que le dialogue aura été difficile. En plus, depuis 2005 et la sortie de crise, nous avons toujours cherché à faire des gouvernements d’ouverture. La présence de Gilchrist Olympio ici ne veut pas dire que nous sommes d’accord sur tout. Je pense que l’essentiel c’est que ce qui nous unit ou nous rapproche est supérieur à ce qui peut nous diviser ou à ce qui peut nous séparer.
  Togo: Le NIET de Faure Gnassingbé aux réformes constitutionnelles
Au sujet des réformes institutionnelles sur lesquelles Faure Gnassingbé s'était engagé avec le peuple togolais depuis 2006, il affirme que la Constitution en vigueur qui a été tripatouillée par son père le dictateur Gnassingbé Eyadéma serait maintenue et « rigoureusement respectée…. Naturellement, l’opposition, les partis politiques peuvent avoir une opinion sur telle ou telle chose, mais je crois que ce vers quoi nous devons tous tendre, c’est la stabilité et surtout le respect des dispositions constitutionnelles. » Dans sa lancée il sous-entend l'éventualité de sa candidature aux élections présidentielle de 2015 dont il veut « réserver la primeur » de la nouvelle à son parti RPT/UNIR.

DIASPORA

 

POLITIQUE

Togo : Exigence de véritables réformes démocratiques
Le débat sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles est relancé au sein de la classe politique ces dernières semaines. Les nouvelles initiatives sont celles du CAP2015, le projet de loi de révision constitutionnelle proposé par l’ADDI et le CAR, la campagne du CNSC pour un référendum et l’appel patriotique du GRAD pour une transition politique. Au regard de ces initiatives, il convient de rappeler la pierre d'achoppement qu'il est indispensable de dégager pour relancer le processus de démocratisation du Togo. Les réformes nécessaires doivent en effet débarrasser le pays des résurgences de l'ère du parti unique parti-Etat en assurant l'indépendance réelle des différents pouvoirs, des processus électoraux équitables et transparents et la soumission de tous les citoyens, sans exception, à la loi. Car des réformes minimalistes ne feront que reporter la problématique, cautionner et encourager la mauvaise disposition du régime togolais à respecter ses engagements.
  Le Balai citoyen du Togo appelle à la marche 28 novembre à Lomé
La Synergie des ODDH a informé CIBAL-Togo de l’appel qu’elle a lancé pour une marche pacifique le vendredi 28 novembre 2014 pour exiger : les réformes constitutionnelles et électorales avant l’élection présidentielle de 2015 ; le retour aux fondamentaux de la Constitution référendaire de 1992 ; la limitation à deux du mandat présidentiel de 5 ans renouvelable une seule fois, soit au total 10 ans maximum pour les deux mandats ; le refus d’un troisième mandat présidentiel pour Faure Essozimna GNASSINGBE. ils ont convenu de combattre ensemble pour le rétablissement intégral et immédiat de la Constitution que le peuple togolais a adoptée par référendum le 27 septembre 1992. CIBAL-Togo décide apporte son soutien à la Marche pacifique organisée le 28 novembre 2014 et appelle tous les citoyens togolais à y participer massivement afin d’en faire une nouvelle manifestation d’éclat pour le retour à la Constitution de 1992.

DIVERS

 

POLITIQUE

Togo : Camarades Soldats ouvrons nos yeux pour voir
Vous, Officiers, diplômés des grandes écoles interarmées, vous ne faites pas honneur à notre pays. Vous, soldats de troupes et sous-officiers, vous faites preuve d’un déficit professionnel émanant du manque d’une formation républicaine qui devrait faire de votre métier une entité équitablement républicaine et impartiale. Vous, Gendarmes et policiers, il est temps que vous preniez conscience des nobles responsabilités déontologiques et républicaines qui sont les vôtres. Camarades Soldats, hier, nous étions presque comparables à une milice privée de Gnassingbé père ; aujourd’hui sous le fils, comparativement à nos camarades de la sous la région, on dirait que nous sommes devenus des ‘‘moutons’’. Mme Gnassingbe Badagnaki, épouse de feu président Eyadema, continue de vivre au Camp RIT depuis bientôt 10 ans et perçoit près de 100 millions de Francs CFA par mois à la DS. Communiqué du SOLDAT DU PEUPLE
  Togo : L’opposition parlementaire vers quelles concessions ?
Depuis le 30 juin, un courant s’est rapidement développé dans la presse et dans une frange de l’opinion au sujet de cette question de la rétroactivité de la loi. Il estime que l’opposition parlementaire est trop radicale ; et qu’elle doit mettre de l’eau dans son vin. Que contient la proposition de loi sur laquelle CAP 2015 et CAR-ADDI se sont finalement mis d’accord, et qu’ils ont déposée sur le bureau de l’Assemblée ? Que devient la question de la rétroactivité ? Jusqu’à quel niveau du verre CAP 2015 et le tandem CAR-ADDI ont-ils, ou vont-ils diluer leur vin ? a quasi-totalité de la presse a estimé que ce silence sur la question de la rétroactivité de la loi sur la limitation du mandat présidentiel est une concession. Et elle s’en est réjouie. En fait, c’est un recul appuyé sur deux argumentaires hypocrites : 1- La rétroactivité ne figure nulle part dans le projet de loi introduit par le pouvoir à l’Assemblée. Mais tout le monde sait que cette question a lourdement pesé sur le débat à l’Assemblée, et dans la décision de la majorité parlementaire de rejeter globalement la proposition de loi. 2- C’est la Cour constitutionnelle qui accepte ou rejette les dossiers de candidature, et non l’Assemblée. Soit. Mais Gerry Tama sait que cette Cour avait été créée pour défendre les intérêts du régime, qu’elle compte parmi les institutions à refaire, et que la quasi-totalité de ses membres sont du parti du pouvoir. Il s’agit donc d’un recul déguisé. Ce genre de reculs, si fréquents dans la marche de l’opposition, constituent autant d’encouragements donnés au régime et à son parti de poser des exigences de plus en plus inacceptables.

POLITIQUE

 

POLITIQUE

Togo: le chef de l'opposition réclame des réformes au président Gnassingbé
Le chef de file de l'opposition togolaise Jean Pierre Fabre a invité samedi le président Faure Gnassingbé à procéder à des réformes politiques avant la présidentielle de 2015, avertissant sinon que les manifestations se poursuivraient pour faire pression sur le régime. "Faure Gnassingbé doit prendre ses responsabilités devant l'histoire pour faire les réformes politiques avant la présidentielle de 2015", "car ces élections n'auront aucun sens sans ces réformes", a déclaré M. Fabre lors d'une conférence de presse, après un entretien avec le chef de l'Etat au Palais présidentiel. "Tant que les réformes ne seront pas réalisées, les manifestations vont se poursuivre", a ajouté M. Fabre, président de l'Alliance nationale pour le changement, qui a été investi par son parti le 12 octobre comme candidat à la présidentielle. La rencontre entre MM. Fabre et Gnassingbé intervient après la répression par la police vendredi d'une manifestation de milliers de partisans de l'opposition contre le régime.
  Togo 2002 - 2014 : Application immédiate aller et retour
"Je ne touche pas à la Constitution. Si je touche à la Constitution, on va dire ah! C'est pour se prolonger comme la plupart des chefs d'état. Non; Je ne veux même pas n'est-ce-pas, si je finis mon mandat, je ne veux même pas rester un jour de plus… Parole de militaire" Boisbouvier : "C'est-à-dire qu'en 2003 il y aura un nouveau président au Togo?" Gnassinbgé Eyadéma : "Bien sûr, qui sera librement choisi, conformément à la Constitution, par le peuple." Les propos sont de Gnassingbé Eyadéma, père de l'actuel président du Togo, lors de l'interview accordée par le dictateur au journaliste Christophe Boisbouvier de Radio France Internationale (RFI) le 23 juillet 1999. Ils avaient été recueillis lors de la visite que le Président Jacques Chirac avait rendue à son "ami personnel" du Togo pour "témoigner du soutien technique et politique de la France, à l'action de paix conduite par le Togo, en particulier à l'accord conclu en Sierra Leone". Et pourtant, le 31 décembre 2002, l'assemblée nationale togolaise modifia la constitution adoptée par référendum en 1992, pour permettre à Eyadéma, puis à sa progéniture d'amorcer l'ère de la présidence à vis. Le toilettage dit de la Saint Sylvestre renforçait également les pouvoirs du Président de la République au détriment de ceux du Premier Ministre et instituait un Sénat qui n'a pas été mis en place à ce jour, faute d'élection locale. Qui avait parlé de non rétroactivité de la loi à cette époque ? Personne.

POLITIQUE

 

POLITIQUE

"Le Balai citoyen du Togo" se réfère à la détermination de Tavio Amorin
Les togolais doivent se rappeler que l’assassinat de Tavio AMORIN, le 23 juillet 1992, survint dans le contexte du débat qui venait de s’ouvrir sur le nouveau projet de Constitution, débat qui, aujourd’hui, rebondit à nouveau 22 ans après, sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles. C’est donc le lieu de revenir sur l’assassinat de Tavio Ayawo Tobias AMORIN, assassiné parce qu’il défendait le projet de Constitution de 1992, et de le placer au devant de notre lutte citoyenne d'aujourd'hui .Nous lançons cet appel au peuple togolais de nos villes et campagnes, des pays de diaspora et surtout aux jeunes : travailleurs, fonctionnaires, paysans, étudiants, collégiens, zémidjans, etc. : Signez, faites signer massivement la « Pétition pour le rétablissement intégral, avec effet immédiat, de la Constitution togolaise massivement adoptée par référendum le 27 septembre 1992 » !
  Togo: Les forces armées togolaises contre des manifestants d'opposition à Lomé
Les forces armées togolaises ont fait usage de gaz lacrymogènes vendredi à Lomé pour disperser des milliers de manifestants de l'opposition près du Palais des congrès, siège de l'Assemblée nationale. Des milliers de partisans de l'opposition, qui entendaient protester contre le régime du président Faure Gnassingbé, ont tenté de marcher vers l'Assemblée nationale. Ils ont été repoussés par des gendarmes à environ 400 mètres de l'Assemblée, qui ont lancé des gaz lacrymogènes. Sur des pancartes brandies par certains manifestants, on pouvait lire: "50 ans pour le père et fils, ça suffit!", ou "deux mandats, ça suffit!" ou encore "exigeons les réformes constitutionnelles et institutionnelles".

POLITIQUE

 

POLITIQUE

Togo : communiqué de CAP 2015 relative aux dysfonctionnements identifiés à la CENI
Les membres de l’opposition CAP 2015 à la CENI portent à la connaissance de l’opinion nationale et internationale les dysfonctionnements relevés à ce jour dans le fonctionnement de la Commission Electorale Nationale Indépendante, chargée d’organiser l’élection présidentielle de 2015 1 – La question des experts ‘’mis à la disposition’’ de la CENI par M. Gilbert Bawara, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités territoriales; 2 – La question de la commande des sept cent mille (700.000) cartes d’électeurs; 3 – La question de la gestion de certains agents électoraux (opérateurs de saisie ou OPS et autres techniciens) par la société SNEDAÏ, une société ivoirienne; 4 – La question du recrutement des agents électoraux par l’agence nationale pour l’emploi (ANPE) sur proposition de M. Gilbert Bawara; 5- La question concernant la mise à disposition de la CENI de cent trois millions (103.000.000) de francs CFA dans le cadre du financement des activités de la CENI.
  Togo : Harry OLYMPIO soutient les manifestations de l'opposition du 21 et 28 novembre 2014
Le Rassemblement pour le soutien de la démocratie et le développement (RSDD) de Harry Olympio fait preuve de réalisme et apporte son soutien aux différentes formations politiques, aux Organisations de défense des droits de l’Homme (ODDH), aux syndicats des travailleurs pour les différentes manifestations prévues pour obtenir les réformes politiques. Il appelle donc tous ses militants et toute la population togolaise à se mobiliser et à se joindre massivement aux différentes manifestations à venir notamment celles des 21 et 28 novembre 2014. Harry Olympio demande au pouvoir togolais de prendre la mesure des revendications légitimes des populations pour mettre en œuvre dans les plus brefs délais les accords qu’il a lui-même signés. Il tiendra pour responsables les autorités togolaises de tout refus d’opérer les réformes nécessaires et des conséquences qui pourraient en découler. Le RSDD demande au Chef de l’Etat de prendre exemple sur les derniers développements de l’actualité en Afrique en vue de prendre toutes les mesures devant conduire le Togo vers une alternance pacifique et maîtrisée.

DIASPORA

 

POLITIQUE

Togo : Plaidoyer pour de véritables réformes qui enracinent la démocratie
L'impératif des réformes institutionnelles et constitutionnelles comme condition de la réconciliation nationale au Togo n’est que le rappel des engagements pris en 2006 par le régime de Faure Gnassingbé. Au regard des différentes initiatives, il convient de rappeler la pierre d'achoppement qu'il est indispensable de dégager pour relancer le processus de démocratisation du Togo. Les réformes nécessaires doivent en effet débarrasser le pays des résurgences de l'ère du parti-unique-parti-Etat en garantissant l'indépendance effective des différents pouvoirs, des processus électoraux équitables et transparents et la soumission de tous les citoyens, sans exception, à la loi. Le peuple togolais qui n'a que trop souffert ne saurait accepter des réformes minimalistes qui ne feront que reporter la problématique, cautionner et encourager la mauvaise disposition du régime togolais à respecter ses engagements. Synergie-Togo exhorte la classe politique et la société civile togolaises à engager avec courage un agenda politique commun destiné à finaliser définitivement l’ensemble des réformes constitutionnelles et institutionnelles avant toute élection présidentielle afin de faire entrer le Togo dans le cercle des nations démocratiques.
  Togo : Déclaration CAP 2015-CARADDI relative à la proposition de loi de révision constitutionnelle
Les lundi 17 et mardi 18 novembre 2014, les responsables de CAP 2015, du CAR et de l’ADDI se sont rencontrés, en vue d’harmoniser leurs positions sur le contenu d’une proposition de loi de révision constitutionnelle ainsi que sur la démarche commune à suivre pour faire aboutir ladite proposition dans l’intérêt des populations togolaises. A la suite des discussions, une proposition de loi commune de révision constitutionnelle a été adoptée. Pour s’assurer du soutien de toute la classe politique togolaise, de toutes les forces vives de la nation et de la communauté internationale, ladite proposition de loi reprend substantiellement les dispositions figurant dans le projet de loi présenté par le gouvernement en juin 2014. En conséquence, les responsables de CAP 2015, du CAR et de l’ADDI décident de ne formuler aucune modification particulière nouvelle et de ne s’associer à aucun amendement qui enlèveraient à leur proposition, et donc à la Constitution son caractère impersonnel.

AFRIQUE

 

POLITIQUE

Togo : Les hésitations d'Edem Kodjo sur la limitation des mandats présidentiels
L’expérience du Burkina montre qu’on doit qu’envisager – lorsqu’on a la chance de gérer les affaires de la Nation – de pouvoir, d’une manière ou d’une autre, conduire l’évolution de toute la Nation vers des solutions positives. Les pays ne se ressemblent pas. Il ne faut pas croire que ce qui s’est passé au Burkina se passera forcément pareil dans d’autres pays du continent africain. Et donc le message au président : deux mandats c’est suffisant ? Ce n’est pas à moi de passer un tel message. Moi je ne suis qu’un envoyé de l’Union africaine. Il serait souhaitable que notre charte de la démocratie, la gouvernance et des élections tienne compte de ce genre de possibilités pour le plus grand bien du continent africain. Mais dit clairement, ça veut dire quoi ? Pourquoi voulez-vous que moi aujourd’hui, je dise que c’est deux mandats ? Et si l’Union africaine trouvait que c’est un mandat et demi ? Et aussi trouvait que c’est trois mandats ? Je ne peux pas dire. Toujours est-il qu’il faut quelque chose qui limite les mandats.
  Togo : Vers un changement de cap au CAR ?
Le CAR est-il en train de changer de cap ? La CDPA-BT suit attentivement la situation. Elle est heureuse de constater que la réflexion semble évoluer dans le bon sens. Elle renouvelle en conséquence sa proposition à tous les partis et organisations de l’opposition : revenir à ce pourquoi la population est descendue dans la rue à partir du 5 octobre 1990 et arrêter pour le moment de continuer de fonder la lutte d’opposition sur le principe absurde de la compétition entre partis d’opposition pour le pouvoir. C’est la seule condition de cesser de diviser l’opposition, et c’est la seule condition pour permettre aux partis d’opposition ou tout au moins à ceux qui le veulent parmi eux, de se mettre ensemble, sans calculs politiciens, pour travailler ensemble à faire émerger de la masse des opposants, une force politique capable de peser pour modifier le rapport des forces en faveur de l’opposition.

POLITIQUE

 

DIVERS

Togo : la CPDA se mobilise pour la marche de CAP 2015 du 21 novembre 2014
Nous serons au rendez de CAP 2015, ce 21 novembre 2014, parce qu’aussitôt que ce regroupement de partis de l’opposition ai annoncé sa marche, l’UNIR a décidé précipitamment une contre marche comme pour démontrer que les togolais n’ont pas besoin de réforme. Souvenez vous, le 21 novembre 1966, il y a 48 ans jour pour jour, des togolaises et togolais étaient déjà dans la rue pour contester le régime en place. Ils furent sauvagement réprimés par le chef d’état major de l’armée d’alors, le lieutenant colonel Etienne Eyadéma, qui, trois mois plus tard, prit le pouvoir le 13 janvier 1967 et installa son régime qui dure jusqu’aujourd’hui.
  Insurrection populaire au Burkina Faso : le peuple éduque les intellectuels
Une abondante une littérature produite par les différents médias burkinabè traite de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. La question simple est celle de savoir si le peuple a agi en toute légitimité ou plutôt en empruntant les voies de l’illégalité ? On se perd en conjecture si nous abordons cette question à l’aune des points de vue contradictoires que les journaux nous offrent jusqu’à présent. Mais si nous traitons cette question en prenant comme boussole la souveraineté du peuple, tout devient limpide et apparait clairement. Cet écrit se fixe modestement comme objectif de tirer les enseignements économiques de cette insurrection au profit de l’ensemble des intellectuels. Les intellectuels et les cadres ont toujours cru qu’ils entretenaient avec le peuple une relation descendante (de haut en bas) et univoque ; cet article démontre qu’elle est plutôt biunivoque (de bas en haut mais aussi de haut en bas).

AFRIQUE

 

POLITIQUE

Chefs d'Etat africains: "deux mandats suffisent", estime Diouf
Le secrétaire général de l'OIF, Abdou Diouf, a estimé dimanche que "deux mandats suffisent largement" à la tête d'un Etat en Afrique …je ne le referai pas (...) Je pense qu'à notre époque, deux mandats suffisent largement à la tête d'un Etat", a déclaré l'ancien président sénégalais (1981-2000). Au Burundi, au Rwanda, au Togo et dans les deux Congo, plusieurs présidents africains sont accusés de vouloir, comme Blaise Compaoré, s'accrocher au pouvoir en modifiant leurs Constitutions. Mais les émeutes provoquées par les ambitions du dirigeant burkinabè, chassé du pouvoir après avoir voulu modifier la Constitution pour briguer un cinquième mandat, devraient leur servir d'avertissement, selon des analystes. "Nous sommes dans un continent où la démocratie progresse, il peut y avoir de temps en temps des incidents de parcours comme ceux-là...et je le regrette beaucoup car Blaise Compaoré est un grand homme qui a fait beaucoup pour son pays et pour la gestion des crises en Afrique".
  Togo : CAP 2015 appelle à manifester le 21 Novembre 2014 pour reformes politiques
Les partis politiques, ANC, CDPA, MRC, NET, PDP, PSR, SANTE DU PEUPLE et UDS, réunis sous la désignation CAP 2015 (Combat pour l’Alternance Politique en 2015), invitent les populations de Lomé et ses environs à prendre massivement part à la grande marche pacifique qu’ils organisent à travers les rues de la capitale, le vendredi 21 novembre 2014 à partir de 8h, pour exiger l’adoption et la mise en œuvre consensuelles des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales avant toute élection au Togo. Ci-dessous l’itinéraire de cette marche qui prendra son départ à Gakpoto à 8h sera suivie d’un grand meeting sur l’esplanade du Palais de congrès, siège de l’Assemblée nationale. Itinéraire : Gakpoto →Bèssimé →Dekon →Fontaine lumineuse →Place Anani Santos →Monument aux Morts →CASEF →Palais des Congrès

POLITIQUE

 

DIVERS

Togo/ CDPA-BT: Le « conclave » a le ventre en l’air !
Aujourd’hui comme hier, le problème de fond de l’opposition togolaise n’est pas celui des réformes ou celui de la candidature unique. Le problème de fond est celui de l’état du rapport des forces Opposition/Régime. Il est en défaveur de l’opposition, et la situation s’est fortement aggravée depuis 2012. Comment l’opposition peut-elle arriver à renverser le rapport des forces en sa faveur. C’est plus que jamais la question majeure. La réponse appropriée ne passe pas par le principe de la compétition entre partis d’opposition pour le pouvoir pendant que le régime est encore là avec tous ses attributs. Les partis du courant majoritaire de l’opposition n’aiment pas la contradiction. Tout parti d’opposition qui refuse d’emboucher la trompette de la compétition entre partis d’opposition pour le pouvoir est considéré comme n’existant pas, ou comme un empêcheur de danser en rond. On l’évite. Et on met tout en œuvre pour l’étouffer. La CDPA-BT refuse de se laisser dévier de sa ligne politique par le chant des cygnes.
  Togo : Une communauté internationale prise en étau
Les représentants du Groupe des 5 (France, Allemagne, Etats-Unis, PNUD et UE), désireux de proposer une action coordonnée, ont créé un cadre de discussion périodique avec l’ensemble des acteurs politiques. Ces séances ont pour objectif de discuter de manière franche et à huis clos des questions politiques qui divisent le pays. Malgré certaines avancées, les acteurs internationaux restent confrontés de manière récurrente à deux défis : l’incapacité 
à imposer les réformes en l’absence de volonté politique
des acteurs et le risque d’instrumentalisation de l’action internationale à des fins politiques. Tout d’abord, en raison des blocages internes, les partenaires extérieurs sont souvent considérés comme les seuls à pouvoir faire pression sur le président pour la mise en œuvre des réformes.Or, le rejet du projet de loi par l’Assemblée nationale en juin 2014 rappelle qu’aucune réforme ne pourra se faire sans la volonté du parti présidentiel. Le président togolais n’hésite pas à passer outre certaines décisions comme en témoigne le non-respect de certains des engagements souscrits en 2004, comme l’organisation des élections locales dans un délai d’un an.

POLITIQUE

 

AFRIQUE

Synergie des ODDH : "sans les réformes il n’y aura ni paix 
ni réconciliation au Togo"
La Synergie des ODDH recommande fortement à Faure Gnassingbe et à son Gouvernement de se sentir 
concernés par les aspirations profondes du peuple en opérant les réformes 
politiques avant toute élection, en vue de préserver notre pays des situations 
sombres vécues de par le passé comme en 2005 et en 2010. Aux partis politiques de l’opposition, de mettre fin à leurs désir effréné des 
intérêts égoïstes, de tirer l’expérience des autres pays, notamment du Burkina
Faso, et de constituer un contre-pouvoir réel et une alternative crédible pour 
traduire enfin en pratique les aspirations profondes du peuple togolais. D’ores et déjà, la synergie encourage et apporte son soutien aux initiatives 
prises ici et là pour que ces réformes puissent avoir lieu avant toute élection. Elle compte toujours sur le bon vouloir des uns et des autres en vue de fédérer 
les énergies dans ce sens. Aux partenaires en développement, à la Communauté internationale, de faire 
leur cette alerte précoce de la Synergie des ODDH et de maintenir la pression 
pour l’obtention desdites réformes… Au peuple togolais, véritable détenteur de la souveraineté, de rester vigilant et 
mobilisé derrière les actions empreintes de patriotismes pour asseoir les 
réformes et poser un frein à la gabegie et au gaspillage des ressources et 
richesses nationales.
  Charte de la transition au Burkina : Propositions des partis politiques et de la société civile
Sur la base d’un « avant-projet de charte », des représentants de l’opposition politique, des organisations de la société civile, des autorités coutumières et religieuses, ont entrepris de convenir de propositions qu’ils souhaitent voir intégrer dans la Charte devant régir la transition. Nous vous proposons aussi l’intégralité du document. Ils sont une centaine, ces acteurs politiques, coutumiers et religieux, ainsi que ceux de la société civile, en conclave depuis la matinée du samedi 08 novembre 2014 à Ouagadougou. L’exercice consiste à examiner et à retenir ou non, des propositions déjà faites dans un « avant-projet de charte » élaboré par une instance de techniciens. Cet exercice a été suspendu en fin de matinée et a repris en début d’après-midi où une délégation des Forces armées nationales conduite par le Colonel Auguste Barry, est venue les « encourager ». Ils ont à élaborer de façon consensuelle, un document contenant des propositions précises communes à toutes les composantes ainsi représentées. Et c’est ce document, fruit de consensus, qui devra être confronté à d’autres documents de propositions, celui de l’Armée et éventuellement celui de l’ex-majorité, pour enfin adopter la Charte de la transition. Cette séance de confrontation aura lieu le mardi ou mercredi prochain.

POLITIQUE

 

POLITIQUE

Afrique / Togo : Est-ce la fin des immortels éphémères
Dans de nombreux pays africains, on peut se demander si les dirigeants ne savent pas exactement le mal qu’ils font, car, à chaque fois qu’ils se présentent devant le peuple, ils affirment vouloir le changement. Indépendamment de certains acquis politiques obtenus grâce aux luttes des vaillantes populations, force est de constater, avec amertume, que dans certains pays l’alternance est condamnée à ne pas avoir droit de cité. A l’espoir se succède le désespoir de tout un peuple. Car, dans ces pays, tout un mécanisme est mis en place pour consacrer des chefs d’Etat à vie. Pendant qu’il est encore temps, le GRAD lance un appel patriotique à toutes les Togolaises et à tous les Togolais pour qu’ils s’approprient son mémorandum et exigent une transition politique conduisant à une assemblée constituante pour élaborer une nouvelle constitution, gage d’un nouveau contrat social fondé sur une confiance mutuelle. Ce nouveau contrat social s’impose à la fois pour préserver la cohésion sociale et la stabilité politique, et éviter à nouveau au Togo, notre patrimoine commun, les gémissements, les traumatismes, les grincements de dents et le deuil.
  Yawovi Agboyibo: " Ce qui s’est passé au Burkina va changer les données au Togo "
… après tant d’années passées à la tête de l’Etat burkinabè ce n’était pas sain que le président Blaise Compaoré ait cherché à manipuler la Constitution pour pouvoir rester. Ce n’est pas sans raison que le monde entier s’est réjouit du départ de Blaise ! C’est incontestablement une bonne nouvelle pour tous les Togolais.Parce qu’il faut quand même que la République ait une raison d’être. On ne va pas vivre dans une République comme dans une monarchie ! Et ce qui s’est passé au Burkina Faso s’apparente davantage à une monarchie qu’à une République ! Ah oui ! Je crois que nécessairement on peut en tirer des leçons au Togo ! Il est trop tôt pour dire que le président Faure n’a pas tiré des leçons de ce qui s’est passé au Burkina. Le président Faure sait qu’il y a une nécessité d’être à l’écoute de son peuple et d’être à l’écoute des événements qui se passent partout sur le continent et ailleurs. Cela fait des années qu’on voit des élections sans issue. Moi je suis de ceux qui sont convaincus que ce qui s’est passé au Burkina va changer les données au Togo avant les élections.

POLITIQUE

 

DIVERS

Synergie-Togo : Halte aux mascarades électorales et aux risques de violences au Togo
Ce 31 Octobre 2014 au Burkina Faso, une insurrection populaire démocratique d’une ampleur exceptionnelle en Afrique subsaharienne, a balayé le président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis vingt-sept (27) ans et qui voulait changer la Constitution afin de s’y maintenir indéfiniment. Ces événements doivent faire réfléchir les chefs d'Etat africains tentés de manipuler à leur guise les textes de loi ainsi que les scrutins électoraux et d'une manière générale d’outrepasser la volonté du peuple, comme c’est le cas au Togo… En dépit des engagements pris et parce qu'il compte sur la fraude électorale pour se maintenir indéfiniment au pouvoir, Faure Gnassingbé refuse de mettre en œuvre les réformes institutionnelles et constitutionnelles qui garantiraient des élections démocratiques et transparentes ainsi que l'évolution vers une réelle indépendance des institutions, qui, au Togo, ne sont républicaines que de nom. La volonté du régime en place de conserver le pouvoir dans le giron familial se traduit par la répression systématique et violente de toute contestation émanant de la société civile ou de l'opposition politique, avec l’usage de la torture comme moyen habituel d'interrogatoire et l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques.
  Togo : Qui contenter ?
À la suite de l’évènement historique survenu au Burkina Faso, le renversement de Blaise Compaoré, par l’action du peuple burkinabé ( cela mérite d’être souligné), j’ai lu la déclaration du « Combat pour l’Alternative Politique en 2015 (CAP 2015)”, qui, nous dit-on , est dirigé par Jean-Pierre Fabre, candidat unique du nouveau-né sur la scène politique togolaise, « la bravoure du peuple frère burkinabé et le patriotisme de leurs sic forces de défense et de sécurité » dans un communiqué en date du 2 novembre 2014. Si la première partie de cette phrase nous paraît normale et même louable, dans la deuxième partie, par contre, il y a lieu de se demander si les rédacteurs du communiqué ne sont pas allés trop vite dans leur appréciation sans nuance du patriotisme de “ leurs forces de défense et de sécurité”. Par Sénouvo Agbota ZINSOU

DIVERS

 

ECONOMIE

Deux jours qui ont démoli le pouvoir de Blaise Campaoré
L’Histoire retiendra les 30 et 31 Octobre 2014 comme les jours qui ont mis en pièces, qui ont mis à terre le régime politique au prime abord « tout puissant » de Blaise Compaoré. Elle retiendra ces deux jours comme des prototypes de ces moments privilégiés où la Vie des Hommes nous sert, de temps à autre, une de ces croustillantes comi-tragédies dont elle raffole. Oui ! Les jeudi 30 et vendredi 31 octobre 2014, l’un des pouvoirs politiques postcoloniaux africains les plus apparemment redoutables et redoutés s’est, en quelques heures seulement, évaporé ainsi qu’une bulle de savon ! Le vaillant Peuple burkinabè ayant décidé qu’il ne sera plus esclave, ses chaines sont tombées. Ses chaines une fois tombées, ses mains libérées peuvent se saisir du Caïn dictateur- « facilitateur »
  Togo : Inauguration du poste de douane de Noèpé financé par UE
Nous sommes convaincus que l’ensemble des infrastructures que nous allons inaugurer dans quelques instants détermineront fortement le futur des échanges commerciaux dans la sous-région ouest africaine. L'ouvrage a été construit sur les ressources du programme régional de facilitation des transports pour l'intégration régionale qui en particulier a financé 3 postes de contrôle juxtaposés aux frontières, dont le poste de Sèmè-Kraké entre le Nigeria et le Benin, un autre poste à Malanville, entre le Benin et le Niger, et le poste à Noépé entre le Togo et le Ghana où nous nous retrouvons aujourd’hui. Le projet à Noépé, pour un montant de 10,3 millions d'EUR, soit près de 6,75 milliards de FCFA ou un peu plus de 45 millions de Cedis, a rencontré, durant son exécution, quelques difficultés. Mais malgré cela, toutes les infrastructures ont été achevées grâce aux efforts de toutes les parties prenantes. DISCOURS INAUGURAL DE M. Nicolas BERLANGA-MARTINEZ

POLITIQUE

 

POLITIQUE

Togo : la CDPA adoube Jean-Pierre Fabre, le candidat unique de l’opposition
La Secrétaire génale de la Convention patriotique des peuples africains (CDPA), Brigitte Adjamagbo-Johnson manifeste son optimisme dans la nouvelle stratégie de l’opposition togolaise unifiée dans le mouvement « Combat pour une alternance politique en 2015) (CAP2015). « Nous avons eu le temps de bien faire les choses cette fois si nous avons eu beaucoup de difficultés mais nous avons essayé de les surmonter. En cours de route nous avons perdu des compagnons que nous essayerons de retrouver mais l’essentiel aujourd’hui nous avons réalisé quelque chose d’historique. C’est la première fois que plusieurs mois avant le début d’une élection présidentielle nous avons construit une unité d’action et fini par désigner un candidat … Nous pouvons dire aujourd’hui que nous avons un socle solide pour cette lutte et nous restons ouvert à tous ceux qui viendront se joindre à nous car il serait prétentieux que de penser que seuls nous pouvons atteindre nos résultats. Notre objectif c’est de ratisser large ».
  Salut au soulèvement populaire qui a chassé le dictateur COMPAORE
Le Parti des travailleurs regrette que la majorité des partis de l’opposition togolaise n’a jamais cessé de trouver en la personne du dictateur Blaise COMPAORE, un incontournable interlocuteur et « médiateur » qui les a berné depuis plus de 21 ans, pour sauver le pouvoir des GNASSINGBE. COMPAORE vient d’être chassé du pouvoir, quel bilan peut-on tirer de l’ aveuglement de l’opposition institutionnelle qui lui a fait confiance pour présider aux destinées des négociations et du tristement Accord politique global (APG) du 20 août 2006 qui a garanti à Faure Essozimna GNASSINGBE une totale impunité pour le génocide par lequel il s’est porté au pouvoir en 2005. Comment donc a-t-on pu rêver que celui qui a assassiné Thomas SANKARA puisse avoir une autre politique. Non, un cynique dictateur au Burkina Faso ne peut jamais se muer miraculeusement en un fervent artisan de la démocratie au Togo ! Ce qui vient de se passer au Burkina Faso est riche d’enseignements pour le peuple togolais : à nouveau, la preuve vient d’être faite qu’un peuple mobilisé et déterminé est invincible !

POLITIQUE

 

POLITIQUE

Togo : Jean Pierre Fabre, candidat unique de l'opposition appelle à la mobilisation
Le conclave qui s’achève, vient de me désigner candidat unique de l’opposition, à l’élection présidentielle de 2015, sous la bannière de « CAP 2015 », entendez ‘’Combat pour l’Alternance Politique en 2015’’. Permettez-moi tout d’abord, de rendre grâce à Dieu de nous avoir conduits depuis le début du conclave, de nous avoir donné la force de surmonter toutes les difficultés, les pièges et incompréhension et surtout de nous avoir aidés à transcender nos intérêts partisans pour arriver à la création de CAP 2015 et à la désignation d’un candidat unique de l’opposition. Je voudrais ensuite remercier très sincèrement, toutes les parties à ce conclave et, spécialement, les Présidents des formations politiques : ANC, CDPA, MRC, NET, PDP, PSR, SANTE DU PEUPLE, UDS, pour la confiance qu’ils ont bien voulu me témoigner. Je remercie particulièrement nos concitoyens, aussi bien de l’intérieur que de la diaspora, pour leur présence constante à nos côtés, pour leur soutien et leurs diverses contributions, notamment sous forme d’avis, de conseils et de suggestions.
  Togo-Présidentielles: Jean Pierre Fabre désigné candidat unique de l'opposition (CAP2015)
La situation socio-économique de notre pays est explosive. La peur du régime demeure encore forte, mais l’histoire de l’humanité enseigne que cette situation ne peut durer indéfiniment. Conscients de leur responsabilité face à l’histoire et à la nation togolaise, les partis politiques de l’opposition, se sont réunis en conclave entre le 1er août et le 31 octobre 2014, pour trouver des solutions aux problèmes du Togo. Ils ont ainsi décidé de se constituer en une alliance forte dénommée Combat pour une alternance politique en 2015, en abrégé CAP2015. Ils ont aussi convenu de présenter un candidat unique à la prochaine élection présidentielle, et des candidatures communes aux élections législatives et locales. Réunis en ce jour, le 31octobre 2014, ils ont, après un processus interne, désigné un candidat unique en la personne de M Jean Pierre Fabre, à la présidentielle de 2015.

AFRIQUE

 

AFRIQUE

Burkina Faso : Blaise Compaoré démissionne
«A partir de ce jour, Blaise Compaoré n'est plus au pouvoir», a affirmé le lieutenant-colonel Zida, le représentant de l'armée burkinabè, sur la place de la Nation, provoquant une joie immense des dizaines de milliers de personnes rassemblées dans le centre de Ouagadougou. Il a ensuite annoncé à la télevision burkinabé la démission du chef-de-l'Etat. Un communiqué officiel de la présidence a ensuite été publié confirmant le retrait de Compaoré. Ainsi, la présidence est désormais vacante.
  Burkina Faso: L’Opposition réclame le depart « pur et simple » de Blaise Compaoré
Dans la déclaration qui suit, l’Opposition politique appelle les manifestants à maintenir la mobilisation jusqu’au départ de Blaise Compaoré. Les évènements dramatiques qui se déroulent dans notre pays ont créé, au sommet de l’Etat, une confusion générale. Le chef de l’Etat-major général de l’armée a fait une déclaration dans laquelle il a annoncé un certain nombre de mesures qui relèvent normalement des prérogatives d’un chef d’Etat. Dans le même temps, Mr Blaise Compaoré a fait une déclaration dans laquelle il se considère toujours comme chef de l’Etat. L’un et l’autre ont appelé a une transition politique, sans en définir ni les contours ni le contenu exact. L’Opposition dit et redit ici, que le préalable a toute discussion relative à une transition politique c’est le départ pur et simple et sans conditions de Mr Blaise Compaoré.

POLITIQUE

 

AFRIQUE

Togo : Sentinelle, que dis-tu de la nuit ?

Sentinelle, que dis-tu de la nuit ?
 «La nuit est longue, mais le jour vient», répond la sentinelle. Excellences,
Mesdames,
Messieurs,
Le grand jour tant souhaité est enfin arrivé! Notre pays, le TOGO qui, depuis 1884, a été successivement Protectorat allemand,
Condominium franco-britannique,
Territoire sous tutelle de la France, Retrouve en ce jour du 27 avril 1960 sa liberté d'antan. De ce moment et à jamais,
Affranchi de toute sujétion, de toute entrave, Maître de ton destin,
TOGO, mon pays, te voilà libre enfin, Libre d'être toi-même,
De suivre tes idées et tes inclinations,
De choisir selon ta raison et tes sentiments, De décider d'après ta propre volonté, Libre enfin,
Dans la dignité retrouvée,
De prouver et d'affirmer ta personnalité.
  L'avenir de la démocratisation en Afrique francophone est entrain de se jouer au Burkina
Les manifestations monstres duraient depuis plusieurs jours à Ouagadougou. Elles ont dégénéré, jeudi 30 octobre, lorsque la foule a pris d'assaut l'Assemblée nationale où était examiné le projet de loi qui a jeté le feu aux poudres. Les manifestants ont également mis à sac le siège de la télévision publique, qui a cessé d'émettre. L'avenir de la démocratisation tant souhaitée en Afrique noire francophone est entrain de se jouer au Burkina cette semaine. On aurait aimé que l'Élysée, Matignon, ou le Quai d'Orsay se montrent moins aphones. Visiblement pour de nombreux officiels à Paris la démocratie apparaît encore comme "un luxe" pour les peuples d'Afrique noire, qui devront ainsi d'abord compter sur eux-mêmes, voire mourir en silence, si d'aventure la soldatesque de Blaise Compaoré était appelée à écraser leur opposition.

DIVERS

 

AFRIQUE

Togo : Kofi Yamgnane mis en examen en France
L'ex-secrétaire d'Etat français Kofi Yamgnane, aujourd'hui candidat à l'élection présidentielle du Togo, son pays natal, a été mis en examen mercredi pour trafic d'influence. Il est soupçonné d'avoir perçu 3.000 euros en liquide et promis, en échange, d'intervenir auprès des autorités françaises pour obtenir un titre de séjour à une Marocaine sans papiers. "Bien sûr, j'ai aidé des centaines d'immigrés, au cours de ma carrière politique, à obtenir des papiers. Mais jamais je n'ai accordé mon aide contre une quelconque contrepartie!", ajoutait-il.Trois personnes ont été mises en examen dans cette affaire : l'avocat Marcel Ceccaldi, Christophe Rocancourt, célèbre pour avoir escroqué dans les années 1990 des stars de Hollywood, et l'ancien chef du GIGN Christian Prouteau, pour trafic d'influence notamment (actif pour les deux premiers et passif pour le troisième).
  Afrique : limitation du nombre de mandats présidentiels, aucune exception n’est plus acceptable
Les années 2015 et 2016 seront essentielles pour la démocratisation de l’Afrique : 25 présidentielles, auxquelles s’ajoutent 3 présidents élus par les parlements, 21 législatives, 46 élections dans 54 pays sur 2 ans. Plusieurs autres présidents africains se confronteront à la limitation du nombre de mandats. Comme le montre le tableau suivant des présidentielles où se pose la question, au moins quatre présidents, au Burkina Faso, au Togo, au Congo Brazzaville et en RDC, s’opposent ou s’opposeront à la limitation et aux mobilisations populaires qui ne feront que s’intensifier.

POLITIQUE

 

DIASPORA

Togo : Le problème de l’opposition n’est pas de vouloir reformer des institutions antidémocratiques
Que peut-on reformer dans ces institutions pour les transformer en institutions réellement démocratiques ? Que peut-on réformer par exemple dans la Cour constitutionnelle pour en faire une Cour constitutionnelle démocratique et républicaine ? Comment peut-on demander au régime d’accepter de reformer cette institution en lui enlevant par exemple sa fonction d’origine qui est de contribuer à maintenir le système en place ? Les mêmes questions sont valables pour la HAAC, pour la CENI, pour l’armée, pour la police, pour l’ANR, pour l’administration publique… Qui est fou pour accepter de scier la branche sur laquelle il est assis ? Le problème de l’opposition n’est pas de vouloir reformer des institutions antidémocratiques créées par le régime pour se maintenir. La vraie démarche, c’est d’abolir ces institutions et de les remplacer par des institutions démocratiques à penser et à créer. Ce n’est pas utopique. Mais des institutions démocratiques ne peuvent jamais être créées aujourd’hui, et elles ne peuvent jamais fonctionner normalement et durablement tant que le régime despotique répressif en place depuis plus de 40 ans ne sera pas lui-même préalablement aboli.
  Synergie-Togo : Brigitte Améganvi nouvelle présidente de l'association
Réunie en assemblée générale à Paris le 18 octobre 2014, l’association de la société civile Synergie-Togo a procédé au renouvellement de ses instances et de son équipe dirigeante, conformément aux dispositions de ses statuts. A cette occasion, suite au renouvellement du Conseil d’administration, Madame Brigitte Améganvi a été élue présidente de l’association. L'expérience de Madame Brigitte Améganvi, son engagement dans les différentes étapes de la lutte du peuple togolais pour les valeurs de la démocratie, des libertés et des droits de l’Homme d’une part, sa connaissance du terrain et du milieu international d’autre part, constituent des atouts incontestables pour la société civile togolaise et africaine face aux défis immédiats et à venir.

POLITIQUE

 

POLITIQUE

Jean-Pierre Fabre: au Togo, «la dictature s’est renforcée»
RFI : Mais n’y a-t-il pas eu des progrès quand même, depuis l’arrivée de Faure Gnassingbé au pouvoir en 2005 ? Jean-Pierre Fabre : Non, pas du tout. C’est plus sournois, mais c’est plus féroce. La dictature s’est renforcée, il y a eu des cas de tortures avérés, il y a des députés qui ont été chassés de l’Assemblée nationale. Et puis surtout, les conditions de vie des populations togolaises se sont dégradées. Donc tout est à faire ; les infrastructures routières, les infrastructures scolaires. Et surtout, mettons fin à la pénurie de l’eau ! A 35 kilomètres au nord de Lomé vous n’avez plus d’eau. Vous avez des populations qui vivent en buvant de l’eau des marigots. Des pays comme le Burkina, le Niger se sont attaqués avec succès à ce grave problème. Et donc nous mettrons à peu près un mandat, au bout de cinq ans, je crois que nous mettrons fin à la grave pénurie de l’eau au Togo.
  Togo Le CST et la Coalition Arc-en-ciel s'unissent pour mener le combat
Aux termes des rencontres les deux regroupements CST et la coalition Arc-en-ciel , ont réaffirmé la nécessité de faire de l’alternance politique une réalité en 2015, dans le but de gouverner ensemble et autrement et de redonner espoir aux populations. Soucieux de créer les conditions de mise en œuvre de cette vision, le CST et la coalition Arc-en-ciel décident : 1- de mettre en œuvre une stratégie commune de lutte pour obtenir les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales avant les prochaines élections ; 2 - de présenter un candidat unique à la prochaine présidentielle et des candidatures communes aux prochaines élections législatives et locales ; - de mutualiser toutes leurs énergies lors des échéances électorales à venir (Présidentielle, législatives, locales) ; - de désigner incessamment et de présenter au peuple togolais le candidat unique pour l’élection présidentielle de 2015 ; 3 de construire une nouvelle dynamique de l’opposition ouverte à toutes les forces vives de la nation notamment les partis politiques, la diaspora, les organisations syndicales et de la société civile désireuses d’apporter leur contribution à l’alternance politique en 2015 ; 4 d’adopter un programme commun de gouvernement pour la direction du pays dans les années à venir. Le CST et la Coalition Arc-en-ciel lancent un appel pressant à toutes les populations Togolaises en vue d’une mobilisation générale pour les réformes politiques et la victoire de l’opposition en 2015.

LES ARTICLES PRECEDENTS

•  10/12/2014 - Election du bureau excécutif de l'asso. Diaspora togolaise de Washington
•  10/12/2014 - Togo : La tension monte
•  09/12/2014 - Mito Honoré de Souza Chacha VIII inhumé le 6 décembre à Ouidah
•  09/12/2014 - Le tournicoti de Jean Dégli sur les réformes constitutionnelles au Togo
•  08/12/2014 - Togo : Bolloré lance le site Internet togo2030.com
•  08/12/2014 - Togo : Farida et la diaspora à l'attaque contre le régime de Faure Gnassingbé
•  08/12/2014 - « Stop EBOLA » : un combat philanthropique du groupe Bolloré au Togo
•  06/12/2014 - La Société Générale demande un agrément bancaire au Togo
•  06/12/2014 - Cori&Art vous invite à l’exposition JUST MAKE ART les 6 et 7 décembre à Paris
•  03/12/2014 - Sur la légalité et l'illégitimité de la constitution en vigeur au Togo
•  02/12/2014 - Togo: Ce qu'a dit François Hollande à Fraude Gnassingbé
•  02/12/2014 - Les élucubrations de Joseph Koffigoh:
•  02/12/2014 - Togo : Fabre contre une « quelconque combinazione favorable à Faure Gnassingbé »
•  02/12/2014 - Togo: La mobilisation des organisations de défenses des droits de l'homme
•  30/11/2014 - La Canadienne Michaëlle Jean élue Secrétaire générale de la Francophonie
•  30/11/2014 - Togo/Francophonie : Hollande vise clairement Faure Gnassingbé
•  29/11/2014 - NON ! Faure Gnassingbé ne doit pas pouvoir braver la volonté du peuple togolais
•  27/11/2014 - Togo : L’Accord Politique Global a une valeur constitutionnelle
•  27/11/2014 - Togo: Appel à une mobilisation massive contre un nouveau mandat de Fraude Gnassingbé
•  27/11/2014 - Togo : Un état d'urgence qui ne dit pas son nom

PORTRAITS

CAP2015 : GRANDE MOBILISATION à SOKODé POUR LES RéFORMES

DERNIERES DEPECHES
La contestation politique se poursuit au Togo
Togo: manifestations de masse pour limiter les mandats présidentiels
Togo: Les forces armées togolaises contre des manifestants d'opposition à Lomé
Togo: l’opposition menace d’un "scénario burkinabé"
Concertations à Ouagadougou: accord trouvé sur une transition d'un an
L'opposition togolaise salue la ''bravoure'' des Burkinabé
Présidentielle au Togo: l'opposition unie autour de Jean-Pierre Fabre
Pression de l'UE pour les réformes constitutionnelles et institutionnelles au Togo
Réformes politiques: Concertation Pouvoir-Opposition au Togo
Togo: l’opposition veut de véritables réformes avant la présidentielle de 2015
Les autres dépêches...


OPINIONS-DEBATS

TOGO : NORD-SUD, EST-OUEST “ ARGUMENTS” DE CAMPAGNE ?
Je voyais en Kofi Yamgnane une dimension nationale et même africaine que je ne lui retrouve plus dans l’interview qu’il a accordée sur Togovision, le 18 octobre dernier, notamment lorsqu’il déclare être capable de prendre à Gnassingbé “ toutes les voix du Nord”. Non pas qu’il y ait quoi que ce soit à reprocher à Kofi Yamgnane lui-même pour ces propos, révélateurs d’un état d’esprit, qui ont dû lui échapper, sans un contrôle rationnel, mais parce qu’ils nous replongent dans une pensée commune qui nous colle au front ou à la tempe, si vous voulez. Si Kofi Yamgnane est capable de rafler à Gnassingbé toutes les voix du Nord, il faudra trouver en plus de lui, le candidat á la présidentielle qui lui ravirait les voix du Sud, plus celui qui le battrait à l’Est et enfin celui qui le coincerait et ne lui laisserait aucune chance à l’Ouest. À cette allure-là, sans donner dans la caricature, il faudra même envisager un candidat de l’opposition par ville, village, ethnie, clan… pour battre Gnassingbé. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


INTERVIEWS

LAURENT BIGOT, DIPLOMATE LIMOGé POUR AVOIR PRéDIT LA CHUTE DE COMPAORé
C’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Après le Burkina Faso, y aura-t-il d’autres pays où la jeunesse se révoltera ? Le cas du Togo nous vient immédiatement à l’esprit. Le clan Gnassingbé, ça fait près de 47 ans qu’il est au pouvoir.


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)