Mercredi 26 Novembre 2014

Contactez-nous

Recherche :

Actualités

A la une

Editorial

Societe

Regions

Diaspora

Carnet

Politique

Economie

Sante

Education

Culture

Sports

Afrique

International

Repères

Opinions-debats

Revues de presse

Dossiers

Interviews

Portraits

Annonces

Emplois

Immobilier

Divers

Services

Archives

Newsletters

Abonnement

Publicite

Espace reserve

Qui sommes-nous ?

Partenaires :




Le Balai citoyen du Togo appelle à la marche 28 novembre à Lomé
La Synergie des ODDH a informé CIBAL-Togo de l’appel qu’elle a lancé pour une marche pacifique le vendredi 28 novembre 2014 pour exiger : les réformes constitutionnelles et électorales avant l’élection présidentielle de 2015 ; le retour aux fondamentaux de la Constitution référendaire de 1992 ; la limitation à deux du mandat présidentiel de 5 ans renouvelable une seule fois, soit au total 10 ans maximum pour les deux mandats ; le refus d’un troisième mandat présidentiel pour Faure Essozimna GNASSINGBE. ils ont convenu de combattre ensemble pour le rétablissement intégral et immédiat de la Constitution que le peuple togolais a adoptée par référendum le 27 septembre 1992. CIBAL-Togo décide apporte son soutien à la Marche pacifique organisée le 28 novembre 2014 et appelle tous les citoyens togolais à y participer massivement afin d’en faire une nouvelle manifestation d’éclat pour le retour à la Constitution de 1992.

Lire l'article complet

................................REACTIONS ET COMMUNIQUES................................REACTIONS ET COMMUNIQUES................................

Togo : Faure Gnassingbé est un fraudeur  23-11-14
Togo : le Grad appelle à une transition politique conduisant à une assemblée constituante   09-11-14
La CDPA-BT et la révolution du Peuple burkinabè  03-11-14
En souvenir de Gabriel EKON (fo Gaby) décédé le 28 octobre 2012  27-10-14
Togo: Jean Pierre Fabre et l'ANC en tournée dans la région des savanes   12-04-14

Les autres reactions...

DIVERS

 

POLITIQUE

Togo : Camarades Soldats ouvrons nos yeux pour voir
Vous, Officiers, diplômés des grandes écoles interarmées, vous ne faites pas honneur à notre pays. Vous, soldats de troupes et sous-officiers, vous faites preuve d’un déficit professionnel émanant du manque d’une formation républicaine qui devrait faire de votre métier une entité équitablement républicaine et impartiale. Vous, Gendarmes et policiers, il est temps que vous preniez conscience des nobles responsabilités déontologiques et républicaines qui sont les vôtres. Camarades Soldats, hier, nous étions presque comparables à une milice privée de Gnassingbé père ; aujourd’hui sous le fils, comparativement à nos camarades de la sous la région, on dirait que nous sommes devenus des ‘‘moutons’’. Mme Gnassingbe Badagnaki, épouse de feu président Eyadema, continue de vivre au Camp RIT depuis bientôt 10 ans et perçoit près de 100 millions de Francs CFA par mois à la DS. Communiqué du SOLDAT DU PEUPLE
  Togo : L’opposition parlementaire vers quelles concessions ?
Depuis le 30 juin, un courant s’est rapidement développé dans la presse et dans une frange de l’opinion au sujet de cette question de la rétroactivité de la loi. Il estime que l’opposition parlementaire est trop radicale ; et qu’elle doit mettre de l’eau dans son vin. Que contient la proposition de loi sur laquelle CAP 2015 et CAR-ADDI se sont finalement mis d’accord, et qu’ils ont déposée sur le bureau de l’Assemblée ? Que devient la question de la rétroactivité ? Jusqu’à quel niveau du verre CAP 2015 et le tandem CAR-ADDI ont-ils, ou vont-ils diluer leur vin ? a quasi-totalité de la presse a estimé que ce silence sur la question de la rétroactivité de la loi sur la limitation du mandat présidentiel est une concession. Et elle s’en est réjouie. En fait, c’est un recul appuyé sur deux argumentaires hypocrites : 1- La rétroactivité ne figure nulle part dans le projet de loi introduit par le pouvoir à l’Assemblée. Mais tout le monde sait que cette question a lourdement pesé sur le débat à l’Assemblée, et dans la décision de la majorité parlementaire de rejeter globalement la proposition de loi. 2- C’est la Cour constitutionnelle qui accepte ou rejette les dossiers de candidature, et non l’Assemblée. Soit. Mais Gerry Tama sait que cette Cour avait été créée pour défendre les intérêts du régime, qu’elle compte parmi les institutions à refaire, et que la quasi-totalité de ses membres sont du parti du pouvoir. Il s’agit donc d’un recul déguisé. Ce genre de reculs, si fréquents dans la marche de l’opposition, constituent autant d’encouragements donnés au régime et à son parti de poser des exigences de plus en plus inacceptables.

POLITIQUE

 

POLITIQUE

Togo: le chef de l'opposition réclame des réformes au président Gnassingbé
Le chef de file de l'opposition togolaise Jean Pierre Fabre a invité samedi le président Faure Gnassingbé à procéder à des réformes politiques avant la présidentielle de 2015, avertissant sinon que les manifestations se poursuivraient pour faire pression sur le régime. "Faure Gnassingbé doit prendre ses responsabilités devant l'histoire pour faire les réformes politiques avant la présidentielle de 2015", "car ces élections n'auront aucun sens sans ces réformes", a déclaré M. Fabre lors d'une conférence de presse, après un entretien avec le chef de l'Etat au Palais présidentiel. "Tant que les réformes ne seront pas réalisées, les manifestations vont se poursuivre", a ajouté M. Fabre, président de l'Alliance nationale pour le changement, qui a été investi par son parti le 12 octobre comme candidat à la présidentielle. La rencontre entre MM. Fabre et Gnassingbé intervient après la répression par la police vendredi d'une manifestation de milliers de partisans de l'opposition contre le régime.
  Togo 2002 - 2014 : Application immédiate aller et retour
"Je ne touche pas à la Constitution. Si je touche à la Constitution, on va dire ah! C'est pour se prolonger comme la plupart des chefs d'état. Non; Je ne veux même pas n'est-ce-pas, si je finis mon mandat, je ne veux même pas rester un jour de plus… Parole de militaire" Boisbouvier : "C'est-à-dire qu'en 2003 il y aura un nouveau président au Togo?" Gnassinbgé Eyadéma : "Bien sûr, qui sera librement choisi, conformément à la Constitution, par le peuple." Les propos sont de Gnassingbé Eyadéma, père de l'actuel président du Togo, lors de l'interview accordée par le dictateur au journaliste Christophe Boisbouvier de Radio France Internationale (RFI) le 23 juillet 1999. Ils avaient été recueillis lors de la visite que le Président Jacques Chirac avait rendue à son "ami personnel" du Togo pour "témoigner du soutien technique et politique de la France, à l'action de paix conduite par le Togo, en particulier à l'accord conclu en Sierra Leone". Et pourtant, le 31 décembre 2002, l'assemblée nationale togolaise modifia la constitution adoptée par référendum en 1992, pour permettre à Eyadéma, puis à sa progéniture d'amorcer l'ère de la présidence à vis. Le toilettage dit de la Saint Sylvestre renforçait également les pouvoirs du Président de la République au détriment de ceux du Premier Ministre et instituait un Sénat qui n'a pas été mis en place à ce jour, faute d'élection locale. Qui avait parlé de non rétroactivité de la loi à cette époque ? Personne.

Editorial

Togo 2002 - 2014 : Application immédiate aller et retour
"Je ne touche pas à la Constitution. Si je touche à la Constitution, on va dire ah! C'est pour se prolonger comme la plupart des chefs d'état. Non; Je ne veux même pas n'est-ce-pas, si je finis mon mandat, je ne veux même pas rester un jour de plus… Parole de militaire" Boisbouvier : "C'est-à-dire qu'en 2003 il y aura un nouveau président au Togo?" Gnassinbgé Eyadéma : "Bien sûr, qui sera librement choisi, conformément à la Constitution, par le peuple." Les propos sont de Gnassingbé Eyadéma, père de l'actuel président du Togo, lors de l'interview accordée par le dictateur au journaliste Christophe Boisbouvier de Radio France Internationale (RFI) le 23 juillet 1999. Ils avaient été recueillis lors de la visite que le Président Jacques Chirac avait rendue à son "ami personnel" du Togo pour "témoigner du soutien technique et politique de la France, à l'action de paix conduite par le Togo, en particulier à l'accord conclu en Sierra Leone". Et pourtant, le 31 décembre 2002, l'assemblée nationale togolaise modifia la constitution adoptée par référendum en 1992, pour permettre à Eyadéma, puis à sa progéniture d'amorcer l'ère de la présidence à vis. Le toilettage dit de la Saint Sylvestre renforçait également les pouvoirs du Président de la République au détriment de ceux du Premier Ministre et instituait un Sénat qui n'a pas été mis en place à ce jour, faute d'élection locale. Qui avait parlé de non rétroactivité de la loi à cette époque ? Personne.

POLITIQUE

 

POLITIQUE

"Le Balai citoyen du Togo" se réfère à la détermination de Tavio Amorin
Les togolais doivent se rappeler que l’assassinat de Tavio AMORIN, le 23 juillet 1992, survint dans le contexte du débat qui venait de s’ouvrir sur le nouveau projet de Constitution, débat qui, aujourd’hui, rebondit à nouveau 22 ans après, sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles. C’est donc le lieu de revenir sur l’assassinat de Tavio Ayawo Tobias AMORIN, assassiné parce qu’il défendait le projet de Constitution de 1992, et de le placer au devant de notre lutte citoyenne d'aujourd'hui .Nous lançons cet appel au peuple togolais de nos villes et campagnes, des pays de diaspora et surtout aux jeunes : travailleurs, fonctionnaires, paysans, étudiants, collégiens, zémidjans, etc. : Signez, faites signer massivement la « Pétition pour le rétablissement intégral, avec effet immédiat, de la Constitution togolaise massivement adoptée par référendum le 27 septembre 1992 » !
  Togo: Les forces armées togolaises contre des manifestants d'opposition à Lomé
Les forces armées togolaises ont fait usage de gaz lacrymogènes vendredi à Lomé pour disperser des milliers de manifestants de l'opposition près du Palais des congrès, siège de l'Assemblée nationale. Des milliers de partisans de l'opposition, qui entendaient protester contre le régime du président Faure Gnassingbé, ont tenté de marcher vers l'Assemblée nationale. Ils ont été repoussés par des gendarmes à environ 400 mètres de l'Assemblée, qui ont lancé des gaz lacrymogènes. Sur des pancartes brandies par certains manifestants, on pouvait lire: "50 ans pour le père et fils, ça suffit!", ou "deux mandats, ça suffit!" ou encore "exigeons les réformes constitutionnelles et institutionnelles".

POLITIQUE

 

POLITIQUE

Togo : communiqué de CAP 2015 relative aux dysfonctionnements identifiés à la CENI
Les membres de l’opposition CAP 2015 à la CENI portent à la connaissance de l’opinion nationale et internationale les dysfonctionnements relevés à ce jour dans le fonctionnement de la Commission Electorale Nationale Indépendante, chargée d’organiser l’élection présidentielle de 2015 1 – La question des experts ‘’mis à la disposition’’ de la CENI par M. Gilbert Bawara, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités territoriales; 2 – La question de la commande des sept cent mille (700.000) cartes d’électeurs; 3 – La question de la gestion de certains agents électoraux (opérateurs de saisie ou OPS et autres techniciens) par la société SNEDAÏ, une société ivoirienne; 4 – La question du recrutement des agents électoraux par l’agence nationale pour l’emploi (ANPE) sur proposition de M. Gilbert Bawara; 5- La question concernant la mise à disposition de la CENI de cent trois millions (103.000.000) de francs CFA dans le cadre du financement des activités de la CENI.
  Togo : Harry OLYMPIO soutient les manifestations de l'opposition du 21 et 28 novembre 2014
Le Rassemblement pour le soutien de la démocratie et le développement (RSDD) de Harry Olympio fait preuve de réalisme et apporte son soutien aux différentes formations politiques, aux Organisations de défense des droits de l’Homme (ODDH), aux syndicats des travailleurs pour les différentes manifestations prévues pour obtenir les réformes politiques. Il appelle donc tous ses militants et toute la population togolaise à se mobiliser et à se joindre massivement aux différentes manifestations à venir notamment celles des 21 et 28 novembre 2014. Harry Olympio demande au pouvoir togolais de prendre la mesure des revendications légitimes des populations pour mettre en œuvre dans les plus brefs délais les accords qu’il a lui-même signés. Il tiendra pour responsables les autorités togolaises de tout refus d’opérer les réformes nécessaires et des conséquences qui pourraient en découler. Le RSDD demande au Chef de l’Etat de prendre exemple sur les derniers développements de l’actualité en Afrique en vue de prendre toutes les mesures devant conduire le Togo vers une alternance pacifique et maîtrisée.

DIASPORA

 

POLITIQUE

Togo : Plaidoyer pour de véritables réformes qui enracinent la démocratie
L'impératif des réformes institutionnelles et constitutionnelles comme condition de la réconciliation nationale au Togo n’est que le rappel des engagements pris en 2006 par le régime de Faure Gnassingbé. Au regard des différentes initiatives, il convient de rappeler la pierre d'achoppement qu'il est indispensable de dégager pour relancer le processus de démocratisation du Togo. Les réformes nécessaires doivent en effet débarrasser le pays des résurgences de l'ère du parti-unique-parti-Etat en garantissant l'indépendance effective des différents pouvoirs, des processus électoraux équitables et transparents et la soumission de tous les citoyens, sans exception, à la loi. Le peuple togolais qui n'a que trop souffert ne saurait accepter des réformes minimalistes qui ne feront que reporter la problématique, cautionner et encourager la mauvaise disposition du régime togolais à respecter ses engagements. Synergie-Togo exhorte la classe politique et la société civile togolaises à engager avec courage un agenda politique commun destiné à finaliser définitivement l’ensemble des réformes constitutionnelles et institutionnelles avant toute élection présidentielle afin de faire entrer le Togo dans le cercle des nations démocratiques.
  Togo : Déclaration CAP 2015-CARADDI relative à la proposition de loi de révision constitutionnelle
Les lundi 17 et mardi 18 novembre 2014, les responsables de CAP 2015, du CAR et de l’ADDI se sont rencontrés, en vue d’harmoniser leurs positions sur le contenu d’une proposition de loi de révision constitutionnelle ainsi que sur la démarche commune à suivre pour faire aboutir ladite proposition dans l’intérêt des populations togolaises. A la suite des discussions, une proposition de loi commune de révision constitutionnelle a été adoptée. Pour s’assurer du soutien de toute la classe politique togolaise, de toutes les forces vives de la nation et de la communauté internationale, ladite proposition de loi reprend substantiellement les dispositions figurant dans le projet de loi présenté par le gouvernement en juin 2014. En conséquence, les responsables de CAP 2015, du CAR et de l’ADDI décident de ne formuler aucune modification particulière nouvelle et de ne s’associer à aucun amendement qui enlèveraient à leur proposition, et donc à la Constitution son caractère impersonnel.

LES ARTICLES PRECEDENTS

•  18/11/2014 - Togo : Les hésitations d'Edem Kodjo sur la limitation des mandats présidentiels
•  18/11/2014 - Togo : Vers un changement de cap au CAR ?
•  18/11/2014 - Togo : la CPDA se mobilise pour la marche de CAP 2015 du 21 novembre 2014
•  17/11/2014 - Insurrection populaire au Burkina Faso : le peuple éduque les intellectuels
•  16/11/2014 - Chefs d'Etat africains: "deux mandats suffisent", estime Diouf
•  16/11/2014 - Togo : CAP 2015 appelle à manifester le 21 Novembre 2014 pour reformes politiques
•  13/11/2014 - Togo/ CDPA-BT: Le « conclave » a le ventre en l’air !
•  13/11/2014 - Togo : Une communauté internationale prise en étau
•  10/11/2014 - Synergie des ODDH : "sans les réformes il n’y aura ni paix 
ni réconciliation au Togo"
•  10/11/2014 - Charte de la transition au Burkina : Propositions des partis politiques et de la société civile
•  09/11/2014 - Afrique / Togo : Est-ce la fin des immortels éphémères
•  07/11/2014 - Yawovi Agboyibo: " Ce qui s’est passé au Burkina va changer les données au Togo "
•  06/11/2014 - Synergie-Togo : Halte aux mascarades électorales et aux risques de violences au Togo
•  04/11/2014 - Togo : Qui contenter ?
•  04/11/2014 - Deux jours qui ont démoli le pouvoir de Blaise Campaoré
•  03/11/2014 - Togo : Inauguration du poste de douane de Noèpé financé par UE
•  03/11/2014 - Togo : la CDPA adoube Jean-Pierre Fabre, le candidat unique de l’opposition
•  02/11/2014 - Salut au soulèvement populaire qui a chassé le dictateur COMPAORE
•  31/10/2014 - Togo : Jean Pierre Fabre, candidat unique de l'opposition appelle à la mobilisation
•  31/10/2014 - Togo-Présidentielles: Jean Pierre Fabre désigné candidat unique de l'opposition (CAP2015)
DERNIERES DEPECHES
Togo: Les forces armées togolaises contre des manifestants d'opposition à Lomé
Togo: l’opposition menace d’un "scénario burkinabé"
Concertations à Ouagadougou: accord trouvé sur une transition d'un an
L'opposition togolaise salue la ''bravoure'' des Burkinabé
Présidentielle au Togo: l'opposition unie autour de Jean-Pierre Fabre
Pression de l'UE pour les réformes constitutionnelles et institutionnelles au Togo
Réformes politiques: Concertation Pouvoir-Opposition au Togo
Togo: l’opposition veut de véritables réformes avant la présidentielle de 2015
Jean-Pierre Fabre reçu par Faure Essozimna Gnassingbé
Faure Gnassingbé a reçu son principal opposant Jean Pierre Fabre
Les autres dépêches...

OPINIONS-DEBATS

TOGO : NORD-SUD, EST-OUEST “ ARGUMENTS” DE CAMPAGNE ?
Je voyais en Kofi Yamgnane une dimension nationale et même africaine que je ne lui retrouve plus dans l’interview qu’il a accordée sur Togovision, le 18 octobre dernier, notamment lorsqu’il déclare être capable de prendre à Gnassingbé “ toutes les voix du Nord”. Non pas qu’il y ait quoi que ce soit à reprocher à Kofi Yamgnane lui-même pour ces propos, révélateurs d’un état d’esprit, qui ont dû lui échapper, sans un contrôle rationnel, mais parce qu’ils nous replongent dans une pensée commune qui nous colle au front ou à la tempe, si vous voulez. Si Kofi Yamgnane est capable de rafler à Gnassingbé toutes les voix du Nord, il faudra trouver en plus de lui, le candidat á la présidentielle qui lui ravirait les voix du Sud, plus celui qui le battrait à l’Est et enfin celui qui le coincerait et ne lui laisserait aucune chance à l’Ouest. À cette allure-là, sans donner dans la caricature, il faudra même envisager un candidat de l’opposition par ville, village, ethnie, clan… pour battre Gnassingbé. Par Sénouvo Agbota ZINSOU


PORTRAITS

TOGO: TéTé GODWIN INVITE LA JEUNESSE à ASSUMER SA PART DE LUTTE

INTERVIEWS

JEAN-PIERRE FABRE: «LES TOGOLAIS VEULENT SE LIBéRER DE QUARANTE ANS DE DICTATURE»


REVUES DE PRESSE

FAURE GNASSINGBé: LE DIALOGUE à LA BOUCHE, LES ARMES ET GOURDINS CLOUTéS EN MAINS
De père en fils, le régime des Gnassingbé, ce clan qui a pris en otage le peuple togolais, n’a pas changé. Ni dans sa nature, ni dans ses méthodes de conservation du pouvoir à tout prix. Et pourtant, au lendemain du décès d’Eyadéma, suivi quelques heures plus tard de l’installation de Faure Gnassingbé au pouvoir par un quarteron d’officiers, et surtout après la parenthèse de sang de 2005, un brin d’espoir était né auprès d’une frange de la population. A raison, étant donné l’extrême jeunesse du successeur du vieux dictateur au pouvoir et plus encore de son discours sur sa volonté de trancher avec l’ère ancienne.


DOSSIERS

Togo: Les forces armées togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle (1&2)

La constitution togolaise (1)

La constitution togolaise (2)

La constitution togolaise (3)